ISSY Flash
boutique pratique
16, rue Auguste Gervais
92130, Issy-Les-Moulineaux
FRANCE

Tel: 01 41 23 83 60
Fax : 01 41 23 83 66
www.boutique.musee-issy.fr

Horaires de la boutique :
  • Mercredi, jeudi et vendredi : de 11h à 17h
  • Samedi et dimanche : de 14h à 18h
  • Juillet : du mercredi au dimanche : de 13h à 18h
  • Fermé le lundi, au mois d’août et les jours fériés
boutique Issy Media
Informations Issy Media Newsletter Issy Media
Inscrivez vous à notre newsletter et recevez nos actualités ainsi que les offres de notre boutique :
Inscription Désinscription
 Email :

Exposition du 11/05/2011 au 24/07/2011

EXPOSITION "Edouard Boubat, Photographies "

Edouard Boubat est l’un des principaux représentants de la photographie humaniste, avec Willy Ronis (présenté du 5 au 25 mars 2010 à l’Espace Boullée de l’Hôtel de Ville d’Issy-les-Moulineaux) et Robert Doisneau (auquel le Musée Français de la Carte à Jouer avait déjà consacré une exposition en 2005). Il est né le 13 septembre 1923 dans le quartier de Montmartre et mort le 30 juin 1999 dans le 15e arrondissement de Paris, ville à laquelle, de son propre aveu, « [ses] premiers souvenirs seront fidèles ». 

Après des études à l’École Estienne de 1938 à 1942, il s’initie à la photographie dès la fin de la guerre. Parmi ses premiers clichés, quelques uns deviendront très célèbres, comme La petite fille aux feuilles mortes. Dès 1947 il obtient le Prix Kodak, lors d’une exposition au Salon international de la Photographie. Bientôt engagé comme photoreporter par la revue Réalités, il réalise un de ses premiers reportages sur les artisans de Paris. Par la suite il multiplie les voyages aux quatre coins du globe pour en photographier les populations dans leur vie quotidienne.

Sa carrière, où il a l’occasion d’exposer dans différentes galeries de tous pays, est jalonnée de nombreux prix et récompenses, à l’exemple du Grand Prix national de la Photographie obtenu à Paris en 1984. Il publie parallèlement plusieurs ouvrages, dont l’un, « La survivance », reçoit le Grand prix du Livre aux Rencontres d’Arles en 1977.

Plusieurs de ses photographies, souvent reproduites, sont devenues des « icônes ». Elles représentent des scènes où son regard de photographe a retenu l’insolite, la beauté inattendue. Elles évoquent le bonheur, la mélancolie parfois, le tout mêlé à un subtil sentiment d’intemporalité : des gamins en culottes courtes, et bien sûr des femmes, au regard rêveur, aux longues robes flottant dans le vent…, des paysages aussi, les travaux des champs, la rue « merveilleuse avec ses boutiques, ses copains, ses cris » et quelques natures mortes dans lesquelles jouent les ombres et les lumières.

Son œuvre tout entière est consacrée à la célébration de la vie. Qualifié de « correspondant de paix » (Jacques Prévert) ou plus généralement de « photographe du bonheur », Edouard Boubat nous touche par ses images en noir et blanc venues de notre enfance. Dans une approche plus exigeante, mais non moins émouvante, il s’attache aussi, comme il le dit lui-même, à « tenter de montrer les travaux et les jours ».